locadelice

Truffe au chocolat

A l’approche des fêtes, régalez vous avec cette recette de Truffes au Tofu ! C’est bon et léger.

200g de chocolat noir

50g de Tofu Tradition

50g de « lait » de soja

Chocolat amer en poudre (un peu pour l’enrobage)

Facultatif :

Vous pouvez sucrer avec 1 cuillère à soupe de miel, sirop d’agave ou sucre.

Ajouter à la préparation 30g de noix ou noisettes selon les goûts.

La recette est très simple :

Mixez le Tofu avec du jus de soja jusqu’à ce que la texture soit crémeuse.

A côté, faites fondre le chocolat.

Mélangez ensuite l’ensemble (vous pouvez à ce moment ajouter le sucre ou les noix/noisettes

Mixez ensuite l’ensemble 2 bonnes minutes.

Placez au frais au moins une heure.

Lorsque la préparation a durci, vous pouvez confectionner les boules que vous roulerez ensuite dans de la poudre de chocolat amer.

Régalez vous !

 

Qu’en disent les grands penseurs?

DARWIN Charles Darwin – 1809-1882 :

Naturaliste britannique. Auteur de « De l’Origine des Espèces au moyen de la Sélection Naturelle », 1859.

- « La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores. »

- « Nous avons vu que les sens et les intuitions, les différentes émotions et facultés, comme l’amour et la mémoire, l’attention et la curiosité, l’imitation, la raison, etc, dont l’humain se vante, peuvent être trouvées à l’état naissant ou même pleinement développées, chez les animaux inférieurs. Les animaux, dont nous avons fait nos esclaves et que nous ne voulons pas considérer comme nos égaux.

EINSTEIN Albert Einstein – 1879-1955 :

Physicien allemand, Prix Nobel en 1922, père de la Théorie de la Relativité

- « Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien. »

- »L’effet physique qu’exercerait un mode de vie végétarien sur le tempérament humain aurait une influence extrêmement positive sur l’humanité. »

- « Je pense que les transformations et les effets purificateurs d’un régime végétarien sur l’homme sont très bénéfiques à l’espèce humaine. Par conséquent, en choisissant le végétarisme, on sera à la fois heureux et paisible ».

PYTHAGORE – 570 – 480? avant JC

Mathématicien et philosophe grec de l’Antiquité.

- « Aussi longtemps que les hommes massacreront des animaux, ils se tueront entre eux. En effet, celui qui sème les graines du meurtre et de la souffrance ne peut pas récolter la joie et l’amour. »

- « La terre donne des richesses en abondance et de la nourriture pacifique. Elle nous offre des repas qui ne sont tachés ni de sang ni d’assassinat.

Léonard de VINCI – da VINCI – 1492 -1519

Peintre, sculpteur, ingénieur et architecte, artiste italien dont le génie est universellement reconnu.
- « J’ai rejeté la viande depuis très tôt dans mon enfance et le temps viendra où les hommes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent maintenant le meurtre de leurs semblables. »
- « Tu as défini l’homme comme le Roi  des Animaux ; moi par contre, je dirai que l’homme est le roi des fauves féroces parmi lesquels tu es le plus grand. N’as-tu pas effectivement tué et mangé les animaux pour satisfaire les plaisirs de ton palais, te transformant toi-même en tombe pour tous ces animaux ? La nature ne produit-elle pas de la nourriture végétale en quantité suffisante pour te rassasier ? « 

Hamburger tofu-chèvre

Idée de recette proposée par lesgourmandisesdelydie

Ingrédients pour 4 hamburgers:

- 4 pains burger

Pour les galettes:

- 200 g de tofu nature
- 1 oignon mixé
- 50 g de tomme de brebis râpée
- 2 œufs entiers
- 3 c à soupe de crème végétale de votre choix (crème soja pour moi)
- 2 c à soupe de farine de votre choix (sarrasin pour moi)
- 1/2 c à café de muscade râpée
- sel

Pour la garniture selon ses goûts:

- salade
- tomate
- cornichons
- ketchup
- fromage…

Préparation:

Écrasez le tofu à la fourchette, ajoutez-y l’oignon, la tomme de brebis, les 2 œufs, la crème végétale, la farine, la muscade et le sel. Mélangez, formez 4 galettes.
Graissez une poêle, déposez-y les galettes et faites cuire doucement des 2 côtés.
J’ai passé mes pains au grille pain, ensuite mettre du ketchup sur les pains, des cornichons, des feuilles de salade, les galettes, des rondelles de tomates, quelques lamelles de tomme de brebis et dégustez avec une bonne salade !

Tofu mariné à la sauce soja

Ingrédients :

- Un bloc tofu coupé en tranches fines ou cube
- De la sauce soja
Pour plus de goût (facultatif et selon vos envies)

- 1 cs de gingembre haché
- 2 gousses d’ail écrasées ou hachées
- 3 cc d’herbes aromatiques (persil, thym, basilic, origan)

Faites mariner l’ensemble dans un récipient à placer au réfrigérateur au moins 30 minutes. 24h c’est mieux.
Faire sauter les tranches à la poêle ou  cuire au four.

Mousse au chocolat

Rien de plus simple avec 2 ingrédients (Tofu soyeux + Chocolat)

- 400g de tofu soyeux

- 200g de chocolat (noir de préférence)

Faites fondre le chocolat, et ajoutez le au tofu dans le mixeur.

Mixez pendant environ 5 minutes, versez dans des verrines ou un récipient et laissez reposer au réfrigérateur (une nuit ou 24 heures)

Régalez-vous!

Mousse aux fraises

Ingrédients pour 6 personnes

- 400g de tofu soyeux

- 400g de fraises

- 100g de sucre

- 1/2 cc d’agar-agar

Mixez les fraises pendant environ 5 minutes.

Versez le contenu dans une casserole avec le sucre et portez à ébullition

Ajoutez l’agar-agar et laissez cuire 3 minutes en remuant.

Mixez l’ensemble en ajoutant le tofu soyeux

Versez dans des verrines et laissez au réfrigérateur pendant au moins 2 heures

Régalez vous!

Versez dans des verrines

Cinq façons de manger local

Traçabilité des produits: cinq façons de manger local

|Romain De Oliveira| 22/02/2013

Youphil.com vous présente cinq manières de renouer avec une consommation de proximité raisonnée.

Après les scandales de la viande de cheval retrouvée dans des plats cuisinés et les problèmes de traçabilité des produits qui en découlent, il paraît de plus en plus difficile de savoir ce que l’on trouve dans nos assiettes. Une solution parmi d’autres existe pourtant pour y voir plus clair dans ce que l’on mange: les circuits courts.

Ce mode de consommation alternatif a pour but de réduire les intermédiaires entre producteurs et consommateurs, de préférence en consommant des produits issus d’une agriculture locale.

1. Les Amap

Les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) existent depuis des années. Mais elles restent la référence incontournable dès qu’il s’agit d’évoquer les rapprochements entre producteurs et consommateurs.

Ces dernières connaissent même un certain regain d’intérêt. Selon le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, on compte aujourd’hui 1200 Amap dans l’hexagone. L’annuaire national des Amap propose d’ailleurs une liste, région par région.

2. La Ruche qui dit Oui

Réunir la plus grosse communauté possible de consommateurs autour de produits agricoles locaux et par Internet, c’est le principe de La Ruche qui dit oui! Surfant sur le concept des Amap et des paniers de fruits et légumes de saison, cette plateforme internet permet de créer un pont entre des internautes soucieux de consommer local et des agriculteurs désireux de vendre leur production au meilleur prix.

Cette entreprise sociale et solidaire a été fondée en 2010. Le concept est simple: amis, amis d’amis et voisins créent un rassemblement communautaire (une ruche) près de chez eux. Des producteurs situés dans un rayon de 250km autour de la ruche sont invités à prendre part au projet. Chaque semaine, les membres font leurs courses via la plateforme en fonction des produits proposés à la vente.

Contrairement aux Amap, où le principe est d’établir un contrat pour une ou deux saisons, les membres d’une ruche n’ont aucune obligation d’achat, ni d’abonnement. Fin décembre  2013, le site compte près de 320 ruches et 108 en construction.

3. Rendez-vous chez le producteur

La consommation en circuit court n’a de sens que si elle permet de réduire au maximum les intermédiaires. Mais le fait de rencontrer les producteurs reste très important pour créer du lien avec les consommateurs.

En octobre 2012 est né le tout premier “drive-fermier”. Ce projet porté par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) réunit une vingtaine de producteurs de Gironde et leur permet de vendre directement leur production à la ferme. Les consommateurs passent commande via une plateforme internet avant de récupérer leurs produits dans des points de retrait.

Parfois, ce sont les produits qui viennent directement à vous. Comme avec l’association Marché sur l’eau, qui livre chaque mardi et samedi à Paris des produits locaux par bateau.

4. Consommer local… et favoriser l’insertion professionnelle

Favoriser l’agriculture locale c’est bien. Mais être solidaire, c’est mieux. Plusieurs associations mélangent ainsi ces deux dimensions et œuvrent pour l’insertion professionnelle par l’agriculture.

L’une des initiatives emblématiques de l’insertion par le travail de la terre reste le réseau des Jardins de Cocagne, créé au début des années 1990 par Jean-Guy Henckel. Le concept a rapidement essaimé et compte aujourd’hui près de 120 jardins en activité.

5. Cultiver soi-même

La meilleure façon de consommer en circuit court n’est-elle tout simplement pas de produire soi-même ce que l’on mange? L’idée peut faire sourire les citadins, mais même en ville des solutions existent.

La ville de Paris compte ainsi plus d’une cinquantaine de potagers partagés. Un carte permet d’ailleurs de repérer le jardin le plus proche de chez vous.

Mais dans le domaine du potager en pleine ville, d’autres initiatives plus radicales sont apparues récemment. L’une d’entre elles nous vient tout droit d’Angleterre. Le mouvement des « Incroyables comestibles » (Incredible Edible, en anglais) a pointé le bout de son nez en France en 2012. L’idée: inciter chacun à s’emparer de la moindre parcelle de verdure pour y faire pousser fruits et légumes à partager.

La consommation en circuit court est en pleine mutation et en pleine effervescence. Une étude de l’Agreste de janvier 2012 [pdf] rapporte qu’en France, un agriculteur sur cinq a déjà fait le choix de la vente en circuit court.

Selon une étude publiée en mars 2012 par l’institut d’études économiques Xerfi [pdf], les ventes en circuit court représentaient près de 1,5% de la consommation alimentaire en France en 2010, soit 2,5 milliards d’euros. En perpétuelle expansion, elles devraient frôler 2,8 milliards d’euros d’ici 2015.

Crédit photo: smith_cl9/Flickr

http://www.youphil.com/fr/article/06243-tracabilite-consommation-circuit-court-viande-cheval-agriculture?ypcli=ano

Brownie

Ingrédients :

- 200 g de tofu soyeux
- 70 g de chocolat noir
- 1 oeuf
- 80 g de sucre roux
- 30 g de farine
- 10 de Maïzena
- 10 g de cacao en poudre non sucré
- 1 pincée de sel
Faire fondre le chocolat à feu doux.

Dans un bol ou au robot, mixez le tofu pour le rendre crémeux.
Ajouter l’ensemble des ingrédients au fur et à mesure.

Mettre dans un moule beurré

Cuire au four environ 35 min à 180°C.

Quand au toucher la surface résiste au doigt, c’est prêt.

Faites refroidir et servez frais

Smoothie aux fruits rouges au tofu soyeux

Ingrédients pour 2 personnes :

75 g de tofu soyeux

200 ml de jus d’orange

50 ml de lait de soja

150 g de fruits rouges

2 cuillères à soupe de sucre complet

Mettre tous les ingrédients dans le mixeur. Lorsque le mélange est homogène, bien liquide on peut servir et le déguster.